Estampillé « mummy porn », du porno pour les mères de famille, le livre raconte l’histoire d’Anastasia Steele, jeune étudiante vierge et ingénue, qui s’entiche d’un milliardaire pervers et beau gosse, Christian Grey.
Subjuguée par ce mystérieux Apollon qui souffle le chaud et le froid, elle se lance dans une relation passionné mais complexe, le chef d’entreprise ayant de sérieux penchants sado-masochistes.
Pas de bol : Anastasia n’est pas vraiment fan des fessées.
Mais il est « tellement beau » qu’elle veut bien essayer.

Avant de vous décider à rejoindre les 40 millions de lectrices qui ont succombé à la folie Fifty shades of Grey (Cinquante nuances de Grey), voici deux ou trois choses à savoir sur le roman-phénomène de l’automne.

- A moins de faire partie de la catégorie ciblée par le livre (la ménagère, de préférence sexuellement frustrée), 50 nuances de Grey ne devrait pas vous faire grimper aux rideaux.
Bien que le roman se lise assez facilement, l’histoire reste digne d’un mauvais épisode télénovela (la jeune fille naïve qui tombe amoureuse d’un mystérieux milliardaire aux tendances sado-maso parce qu’il a souffert dans son enfance).
- Des dialogues à vous couper le souffle…. (c’est de l’ironie)

  • Sa main passe de ma taille à mes hanches puis s’empare de mon intimité… Hou la laaaaa… c’est chaud
  • Quand il retire son short, il libère son érection….. Oh la vache…
  • J’en passe et des meilleures !!!!

 

< Pour télécharger la pièce jointe, inscrivez vous. >
< Pour télécharger la pièce jointe, inscrivez vous. >

.

Faire un commentaire:

*